ARTICLE IV : l’impact de la numérisation des pouvoirs publics

Ces décideurs sont bel et bien très préoccupés par l’avenir, comme nous le raconte Joachim De Vos : « Avec TomorrowLab, nous voulons écrire le futur, et non le subir. Notre slogan – également affiché à l’entrée de notre immeuble – est « Do not fear the future » (« Ne craignez pas le futur »). Plus on s’y connaît, mieux c’est. Forts d’une équipe de 25 personnes, nous collaborons quotidiennement avec des entreprises publiques et privées afin de concrétiser cet avenir. Comment rendre les services publics plus efficaces, plus rapides et plus orientés client ? L’important est d’analyser la spécificité de la ville, ses besoins en termes de sécurité, de collecte des déchets, de gestion dynamique du trafic, etc. ».

À l’ère du numérique, citoyens et entreprises sont à la recherche d’un service accessible à tout moment et en tout lieu. La récupération unique de données, le partage maximal des données entre les administrations, la numérisation des procédures (par ex. licences, subventions, notification électronique…) et les données ouvertes doivent permettre d’accroître l’efficacité des pouvoirs publics en réduisant la charge administrative et en évitant les risques d’erreurs et de doublons. En outre, ouvrir ces open data (données géographiques, sur les soins et l’enseignement, socio-économiques, sur la mobilité et l’espace…) au grand public procurera une plus grande transparence quant au fonctionnement des pouvoirs publics. En ce sens, on assistera également à une évolution vers un « gouvernement plateforme » qui endosse le rôle de facilitateur, en partant du principe que le secteur privé, le milieu universitaire, le secteur du non-marchand et le public peuvent atteindre plus ensemble que le gouvernement à lui seul. (Source : De transitie naar een digitale samenleving)

Lisez aussi :

Article I: l’impact de la numérisation sur le marché de l’emploi

Article II: l’impact de la numérisation sur le secteur bancaire

Article III: l’impact de la numérisation sur le secteur de la santé

Article V: l’impact de la numérisation sur la vie privée